Paul Labat 1900 – 1944

Ingénieur-soldat, le commandant Paul Labat est chef de la section d’études des matériels des transmissions jusqu’en 1940.

Après l’armistice, sous son autorité, se crée avec la complicité des PTT (les postes, télégraphe, téléphone), le comité de coordination des télécommunications afin d’éviter que la technique française ne soit trop dépassée pendant les années d’occupation.

Il met sur pied une structure qui couvre des activités clandestines, le cadre spécial temporaire des transmissions de l’Etat, qui absorbe, en dehors des effectifs consentis par les conventions d’armistice, la quasi-totalité des officiers de l’arme. Il prend aussi à sa charge la reconstitution de l’ École supérieure d’électricité, fermée par les allemands à Paris.

Membre des réseaux de résistance Alliance et Gallia, le commandant Labat est nommé chef des transmissions, sous le pseudonyme de « Deslandes ». Arrêté par la Gestapo le 29 mars 1944, il est déporté au camp du Struthof et exécuté dans la nuit du 1er au 2 septembre 1944 avec 80 autres membres du réseau Alliance.

A titre posthume et en reconnaissance des services rendus, il sera nommé successivement colonel le 25 mars 1945, puis général de brigade le 20 août.